Anita et Moi

Image

Anita, ma soeur handicapée est décédée le 5 Janvier 2011….et depuis ce jour, elle n’a jamais cessé d’être à mes côtés, chose inexplicable mais c’est exactement ce que je ressens au plus profond de moi. Elle me guide, elle me protège. C’est un sentiment étrange. J’ai cette impression qu’elle vit en moi. Ce titre complément fou : » Sa mort m’a mise au monde » est le reflet de ce qui m’est arrivé après son décès, j’ai réellement eu cette impression de naître ou de renaître d’une façon que je n’avais jamais connue avant, un état de paix, de sérénité.

J’ai commencé l’écriture de ce livre, environ 1 an après son décès car il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui m’arrivait, il m’a fallu beaucoup de signes de sa part, eh oui, je crois aux signes !!!!!

Voici donc le début de mon livre :

Nous sommes le mercredi 5 Janvier 2011. Elle est morte, et je suis née. Aberration des mots. Comment peut-on naître après une mort, eh bien on le peut, et cela m’est arrivé. Je n’ai pas compris tout cela le jour de son décès. Il m’a fallu temps, beaucoup de temps, des interrogations pour en arriver là.

Elle est morte, oui, ma soeur Anita est morte à 18 h 45 ce mercredi.

Et moi je suis née…Moi, Nadia, petit bout de femme, la dernière de sept enfants, avec comme grande soeur « Anita » de plus de 20 ans mon aînée, une soeur différente, handicapée, tétraplégique, qui est née le 22 octobre 1946 et décédée à 67 ans.

Un sourire – Poème d’Anita

Un sourire
Un sourire, c’est gratuit,
il fait toujours plaisir
à la personne qui le donne
et à qui veut bien le recevoir.
 
Il se donne à l’enfant
petit ou adolescent.
Il se donne aux plus grands,
seuls, malades, âgés, handicapés
ou exclus de la société.
 
Un sourire c’est un rayon de soleil
qui réchauffe le cœur.
Tu comptes même sans te connaître,
qui que tu sois, d’ici ou d’ailleurs.
 
Un sourire ça te fait exister,
ça se donne sans avoir à parler.
Un sourire ça calme, ça détend,
c’est un geste de confiance,
d’accueil et d’encouragement.
 
C’est le premier geste
du bébé à ses parents.
Dans la vie il est souvent
début d’amour ou d’amitié.
 
Évitons celui qui fait mal
quand il est forcé ou moqueur,
gardons celui qui fait le bonheur.
Dans toutes ses apparitions
notre maman du ciel a souri.
 
C’est le plus universel des messages
 
ANITA                      LE 1/3/2000

 

L’oeuvre

    J’ai 48 ans, et voilà maintenant deux ans que j’ai commencé l’écriture de ce livre. Un an après le décès de ma sœur Anita, handicapée. J’ai vécu intérieurement un tel changement que j’ai eu le sentiment de naître d’où ce titre : « Sa mort m’a mise au monde » avec une impression tellement forte qu’il fallait que j’écrive ce que voulait signifier ce titre, ce que je ressentais au plus profond de moi. Que je témoigne, que certaines choses arrivent, qu’il ne faut pas chercher à les expliquer, juste les vivre… Ce livre permettra peut-être aux personnes qui le liront de croire, de s’accrocher, que tout peut arriver, même le meilleur !

   C’était un matin, je prenais mon petit-déjeuner. Ce titre est arrivé « dans ma tête » avec immédiatement cette sensation que c’était exactement ce qui m’était arrivé.

    Après le décès d’Anita, j’étais née.

    Il est important de préciser que je n’ai aucun talent d’écriture et jamais aucune envie d’écrire, sauf à partir de ce moment là. Il m’a fallu du temps pour comprendre ce qui m’arrivait et pouvoir y mettre des mots. Ma sœur était une leçon de vie. Beaucoup de témoignages illustrent ce livre, comme quoi même meurtrie, fracassée, handicapée, la vie peut devenir belle… et embellir celle des autres.

   Merci à toutes les personnes qui m’auront lue.